Menu

[REPORT] #RANDOM – RAD RACE FIX42

PM en Allemagne 06 juillet 2017 Crit PM

Cette Année, direction l’Allemagne pour la RAD RACE!
La Rad Race, qu’est ce que c’est ? C’est une course de 42 km dont une vingtaine sur autoroute et dont les participants roulent en pignons fixe brakeless.

600 gars qui pendant un peu moins d’une heure se tirent la bourre et jouent des coudes en évitant la chute au maximum… Certainement l’une des course les plus difficile.
Le n°420! c’est ce dossard qui m’accompagnera pendant une petite heure.
Le départ est prévu à quelques km du centre berlinois. Je retrouve quelques têtes connues au milieux de toute la foule.
La team FXWH est là avec Antho, Julia, Caro, Guillaume ainsi que Ju. Le PCR est représenté par Olivier et son beau jersey multicolor. Karlito est là avec son beau n°22 Guillaume et Nicolas sont aussi présent.

Autant dire que la délégation française est plutôt conséquente.
On croise également un Toulousain qui devra malheureusement se passer de son vélo laissé à Toulouse par la compagnie aérienne. (Tout se fini bien, Standert lui prête un vélo).
Le départ sera donné a 10h20, en attendant c’est le défilé de matos, du carbon du profilé de l’émaillage en veux tu en voila, des géos de fou malade…etc.

La team Schindelhauer est là avec ses vélos à courroies. On papote pour estomper le stress et abordons la question du braquet. On entend parlé d’un 50×13, pour ma part j’enmenerai un 52×14.
Au milieu de cette orgie un gars en conversion…
10h00 les grosses équipes sont déjà en place collés à la ligne de départ. On s’installe avec Ju et Karlito non loin de nos amis du PCR .
10h20 le départ est donné, les coudes se touchent, les regards se croisent la tension est palpable. On part pour 2km « neutralisés » pour rejoindre l’autoroute.
Les plus expérimentés se placent rapidement et grappillent des places dès le début. La vitesse augmente rapidement et je comprends que les 2km « neutralisés » ne le sont pas tant …

Le pack explose, nous voila sur l’autoroute. Je parvient à me faufiler et rejoindre le 2 ou 3ème peloton. Quelques équipes se forment, avec 4, 5 gars on part à l’assaut du groupe qui nous précède mais c’est sans succès.
On récupère ceux qui ont lâchés et formons de nouveau un petit pack. Les relais s’enchainent difficilement, il y a beaucoup de contacts.
Le maillot bariolé du PCR à quitté mon champs de vision et Ju de FXWH est celui avec lequel je roulerais le plus. On fera les 3/4 de la course ensemble.
L’effort est très intense et très différent des crits ou d’autres courses, l’atmosphère y est tout autant étrange.
On quitte l’autoroute pour rejoindre les vastes avenues de la capitale. Pas la moindre idée du classement, notre seule impérative est de tourner les jambes.

Pas mal de virages en ville et qui dit virages dit relances. Les cuissots tirent un peu mais je suis le rythme et m’accroche aux roues.
Cette partie est très casse pattes..
Tempelhof! je sais qu’ici il ne faudra pas être seul, les pistes de cet ancien aéroport sont propice aux groupes. On avale le tarmac rapidement le compteur indique plus de 50km/h.
Les bados sont de plus en plus présent et l’arrivée ne devrait pas tarder, je roule avec les premiers de mon peloton avec un mec de la team Schindelhauer. Au loin j’aperçois un porte bleue, sans même checker mon compteur je déduis qu’il s’agit de l’arrivée et lance le sprint. On se tire la bourre avec mon voisin avant de comprendre qu’il ne s’agit absolument pas de l’arrivée…
Les cuisses piquent un peu plus encore.
1km plus loin, l’arrivée est bel et bien là !!  Le peloton est compact et nous sommes beaucoup trop dans le corridor qui mène a la fin de cette foutue course. Le sprint se lance difficilement…
Je franchirais la ligne en 120 ème.